Michel Onfray – 29 octobre 2014

Dans les grands attendus de cette année de hautes envolées éducatives, il aurait été impardonnable de ne pas voir apparaître le nom de Michel Onfray, philosophe nietzschéen et depuis quelques temps coqueluche des médias.

Michel_Onfray_-_Theatre_rond_point_-_2010-05-20
Source : Wikipédia – By Perline.

Sa nomination méritée trouve sa source dans une interview donnée à Patrick Cohen (France-Inter) en septembre dernier et disponible sur Dailymotion.
Vous y apprendrez qu’on n’apprends plus à lire à l’école et que les profs ont peur des élèves. Tellement peur qu’ils ne leur mettent plus de notes. Devant tant de lucidité, on ne peut que s’incliner.
Je vous laisse savourer l’intégralité de ses propos.

Michel Onfray – Je pense qu’on peut, surtout quand on est de gauche,  faire un droit d’inventaire de ce qui s’est passé ou de ce qui ne s’est pas passé dans les années soixante dix, notamment avec la responsabilité des philosophes les René Schérer, les Deleuze, les Foucault, Vincennes (l’université de – ndlr), etc. La disparition des notes, la disparition des copies, la disparition des profs (les élèves pouvant devenir prof), etc, etc. On peut faire une critique de ces choses-là surtout quand on est de gauche.
Moi je suis le fils d’un ouvrier agricole et d’une femme de ménage. L’École m’a permis de m’en sortir. L’École républicaine, parce qu’on apprenait à lire, à écrire, à compter et à penser dans l’école républicaine. Ce n’est plus le cas. C’est-à-dire que le gamin d’aujourd’hui, qui est fils d’ouvrier agricole et de femme de ménage, il ne s’en sortira pas avec avec l’école comme elle fonctionne. Parce que c’est une école qui a décidé qu’il était réactionnaire apprendre à lire, à écrire, à compter, etc.

Et on nous dit : il faut maintenant apprendre à trier ses ordures, il faut apprendre à être un éco-citoyen responsable, il faut apprendre la théorie du genre, il faut apprendre à être programmateur informatique.
Patrick Cohen – « L’apprentissage, écrivez vous, exige des vertus perdues :  la modestie, la patience, la constance, la persévérance ». L’École doit aussi transmettre ces valeurs-là, pensez-vous ?
Michel Onfray – Il faudrait que ce soit dit, et surtout à gauche. Je pense qu’il y a eu en effet une inversion des valeurs. Nietzsche disait d’ailleurs qu’il fallait protéger les forts des faibles. Il y a eu une espèce d’inversion avec mai 68 qui faisait que les élèves avaient peur des profs et aujourd’hui ce sont les profs qui ont peur des élève. Il y a simplement une espèce de moment délirant où on arrive à ne plus pouvoir noter parce que noter c’est fasciste. Et on sait très bien que de toute façon, si la discrimination ne se fait pas avec le talent, le mérite Républicain, ça se fera avec le piston. Tout le monde aura des diplômes, mais pas tout le monde aura un poste (sic – ndlr). N’auront de postes que les gens qui seront pistonnés par papa et maman. C’est à dire que d’une part on refuse la sélection, d’autre part, en refusant cette sélection qui serait républicaine, on permet une sélection qui est celle du piston et des copains et des coquins. Et on augmente les inégalités et on fait de telle sorte que les pauvres et fils de pauvres resteront pauvres et fils de pauvres.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s